Poèmes saturniens - Paul Verlaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poèmes saturniens - Paul Verlaine

Message  Gil Def le Jeu 5 Aoû - 20:16




POEMES SATURNIENS
Paul Verlaine

 





LE RECUEIL : "POEMES SATURNIENS"


On sait peu de choses sur la genèse du premier recueil de Verlaine publié en 1866, même si certains avancent que les textes ont été écrits pendant ses années de lycée. On sait par contre que Verlaine fréquente alors des poètes du Parnasse, que sept de ses poèmes paraissent primitivement dans le Parnasse contemporain, et que nombre de ses poèmes sont dédiés à des poètes du Parnasse.
Le titre du recueil évoque bien sûr l'astrologie. Verlaine se place résolument sous la tutelle de Saturne, cette planète à l'image négative, capable d'engendrer la mélancolie pour ne pas dire un spleen comparable à celui de Baudelaire et des Fleurs du Mal publié moins de dix ans auparavant.
Dans ce recueil, Verlaine produit des " eaux-fortes " ou des tableaux dans le goût des poètes du Parnasse. Déjà, pourtant, le futur Verlaine apparaît avec sa sensualité, sa tendresse et sa mélancolie. Il compose des "paysages tristes", évoque un amour disparu (Nevermore), une femme idéale (Mon Rêve familier), le charme d'un paysage crépusculaire (Soleils couchants) et laisse aperecevoir une inquiétude romantique (Chanson d'automne). Son instinct poétique le conduit à assouplir l'alexandrin, à manier des rythmes impairs, à suggérer des états d'âme vagues.


LES POEMES SATURNIENS - Table des matières


Prologue

Melancholia (À Ernest Boutier) :
Résignation
Arrow Nevermore
Arrow Après trois ans
Vœu
Lassitude
Arrow Mon rêve familier
À une femme
Angoisse

Eaux fortes (À François Coppée) :
Croquis parisien
Cauchemar
Marine
Effet de nuit
Grotesques

Paysages tristes (À Catulle Mendès) :
Soleils couchants
Crépuscule du soir mystique
Promenade sentimentale
Nuit du Walpurgis classique
Chanson d'automne
L'heure du berger
Le rossignol

Caprices (À Henry Winter) :
Femme et chatte
Jésuitisme
La chanson des ingénues
Une grande dame
Monsieur Prudhomme

   Initium
   Çavitri
   Sub urbe
   Sérénade
   Un dahlia
   Nevermore
   Il bacio
   Dans les bois
   Nocturne parisien
   Marco
   César Borgia
   La mort de Philippe II

Épilogue :
Le soleil, moins ardent, ...
Donc, c'en est fait.
Ah ! l'Inspiration superbe ...  


* Les titres écrits en bleu et précédés d'une flèche sont des liens vers les textes présentés dans le site.




_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
avatar
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1733
Age : 68
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum