Les sonnets de Ronsard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les sonnets de Ronsard

Message  Gil Def le Sam 5 Jan - 16:43


EXEMPLES DE POEMES A FORME FIXE

LES SONNETS DE RONSARD


UNE ETUDE SOMMAIRE

Notre étude rapide a porté sur 70 sonnets pris dans l'ensemble de l'oeuvre de Pierre Ronsard.

Il en ressort que Pierre de RONSARD utilise évidemment dans une large mesure les sonnets dits classiques. Cela est bien normal puisque le sonnet est importé d'Italie à cette époque de la Renaissance.

REMARQUE PREALABLE

Il faut remarquer que nos exemples ne sont pas en proportion des sonnets classiques et des sonnets en variation écrits par Ronsard. Nous ne présentons que deux exemples pour illustrer la plus grande partie de ses sonnets, ayant voulu aussi montrer les sonnets en variations par rapport aux schémas classiques.

SONNETS CLASSIQUES : 57 sur un total de 70
- sonnet dit sonnet italien :
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/DEED : 38 >>> Exemple 1
- sonnet dit sonnet français
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/DEDE : 19 >>> Exemple 2

SONNETS DITS IRREGULIERS : 13 sur un total de 70
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/ABBA : 1 >>> Exemple 3
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/ADDA : 1 >>> Exemple 4
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/DCDC : 1 >>> Exemple 5
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/DCCD : 2 >>> Exemple 6
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/BDDB : 2 >>> Exemple 7
Schéma : ABBA puis ABBA puis BB/CDCD : 1 >>> Exemple 8
Schéma : ABBA puis ABBA puis CDCDDC : 1 >>> Exemple 9
Schéma : ABBA puis ABBA puis CDCDCD : 2 >>> Exemple 10
Schéma : ABBA puis ABBA puis CDCD/EE : 2 >>> Exemple 11

Exemple 1 : CE BEAU CORAIL, CE MARBRE QUI SOUPIRE

Ce beau corail, ce marbre qui soupire,
Et cet ébène ornement du sourcil,
Et cet albâtre en voûte raccourci,
Et ces saphirs, ce jaspe et ce porphyre,

Ces diamants, ces rubis qu'un Zéphyre
Tient animés d'un soupir adouci,
Et ces oeillets, et ces roses aussi,
Et ce fin or, où l'or même se mire,

Me sont au coeur en si profond émoi,
Qu'un autre objet ne se présente à moi,
Sinon, le beau de leur beau que j'adore,

Et le plaisir qui ne se peut passer
De les songer, penser et repenser,
Songer, penser et repenser encore.

Mètre : décasyllabes en rythme 4/6
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/DEED
Remarque :
Ronsard utilise à de nombreuses reprises le décasyllabe.


Exemple 2 : AMOUR, JE NE ME PLAINS DE L'ORGUEIL ENDURCI

Amour, je ne me plains de l'orgueil endurci,
Ni de la cruauté de ma jeune Lucrèce,
Ni comme, sans recours, languir elle me laisse :
Je me plains de sa main et de son godmicy.

C'est un gros instrument par le bout étréci,
Dont chaste elle corrompt toute nuit sa jeunesse :
Voilà contre l'Amour sa prudente finesse,
Voilà comme elle trompe un amoureux souci.

Aussi, pour récompense, une haleine puante,
Une glaire épaissie entre ses draps gluante,
Un oeil hâve et battu, un teint pâle et défait,

Montrent qu'un faux plaisir toute nuit la possède.
Il vaut mieux être Phryne et Laïs tout à fait,
Que se feindre Portie avec un tel remède.

Mètre du vers : alexandrin
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/DEDE


On remarquera avec les exemples 3 à 11 que les variations utilisées par Pierre de Ronsard sont peu nombreuses, et limitées. Elles ne concernent pas les deux premiers quatrains. L'absence du dystique ou son placement en fin de sonnet sont rares.

Exemple 3 : COMME ON VOIT SUR LA BRANCHE AU MOIS DE MAY LA ROSE

Comme on voit sur la branche au mois de may la rose,
En sa belle jeunesse, en sa premiere fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'Aube de ses pleurs au poinct du jour l'arrose ;

La grace dans sa feuille, et l'amour se repose,
Embasmant les jardins et les arbres d'odeur ;
Mais batue ou de pluye, ou d'excessive ardeur,
Languissante elle meurt, fueille à fueille déclose.

Ainsi en ta premiere et jeune nouveauté,
Quand la Terre et le Ciel honoraient ta beauté,
La Parque t'a tuee, et cendre tu reposes.

Pour obseques reçoy mes larmes et mes pleurs,
Ce vase pleine de laict, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif et mort ton corps ne soit que roses.

Mètre du vers : alexandrin
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/ABBA
"Variation" : 3 rimes au lieu de 5


Exemple 4 : HA ! QUE JE PORTE ET DE HAINE ET D'ENVIE

Ha ! que je porte et de haine et d'envie
Au médecin qui vient soir et matin
Sans nul propos tâtonner le tétin,
Le sein, le ventre et les flancs de m'amie !

Las ! il n'est pas si soigneux de sa vie
Comme elle pense, il est méchant et fin :
Cent fois le jour ne la vient voir, qu'à fin
De voir son sein qui d'aimer le convie.

Vous qui avez de sa fièvre le soin,
Je vous supplie de me chasser bien loin
Ce médecin, amoureux de m'amie,

Qui fait semblant de la venir panser :
Que plût à Dieu, pour l'en récompenser,
Qu'il eût mon mal, et qu'elle fût guérie !

Mètre du vers : décasyllabe en rythme 4/6
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/ADDA
"Variation" : 4 rimes au lieu de 5


Exemple 5 : L'AN SE RAJEUNISSAIT EN SA VERTE JOUVENCE

L'an se rajeunissait en sa verte jouvence
Quand je m'épris de vous, ma Sinope cruelle ;
Seize ans étaient la fleur de votre âge nouvelle,
Et votre teint sentait encore son enfance.

Vous aviez d'une infante encor la contenance,
La parole, et les pas ; votre bouche était belle,
Votre front et vos mains dignes d'une Imrnortelle,
Et votre oeil, qui me fait trépasser quand j'y pense.

Amour, qui ce jour-là si grandes beautés vit,
Dans un marbre, en mon coeur d'un trait les écrivit ;
Et si pour le jourd'hui vos beautés si parfaites

Ne sont comme autrefois, je n'en suis moins ravi,
Car je n'ai pas égard à cela que vous êtes,
Mais au doux souvenir des beautés que je vis.

Mètre du vers : alexandrin
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/DCDC
"Variation" : 4 rimes au lieu de 5


Exemple 6 : NY VOIR FLAMBER AU POINT DU JOUR LES ROSES

Ny voir flamber au point du jour les roses,
Ny liz plantez sus le bord d'un ruisseau,
Ny son de luth, ny ramage d'oyseau,
Ny dedans l'or les gemmes bien encloses,

Ny des Zephirs les gorgettes décloses,
Ny sur la mer le ronfler d'un vaisseau,
Ny bal de Nymphe au gazouillis de l'eau,
Ny voir fleurir au printemps toutes choses,

Ny camp armé de lances herissé,
Ny antre verd de mousse tapissé,
Ny des forests les cymes qui se pressent,

Ny des rochers le silence sacré,
Tant de plaisirs ne me donnent qu'un Pré,
Où sans espoir mes espérances paissent.

Mètre du vers : décasyllabe en rythme 4/6
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/DCCD
"Variation" : 4 rimes au lieu de 5


Exemple 7 : Ô DOUX PARLER, DONT L'APPAT DOUCEREUX

Ô doux parler, dont l'appât doucereux
Nourrit encore la faim de ma mémoire,
Ô front, d'Amour le Trophée et la gloire,
Ô ris sucrés, ô baisers savoureux ;

Ô cheveux d'or, ô côteaux plantureux
De lis, d'oeillets, de porphyre et d'ivoire,
Ô feux jumeaux dont le ciel me fit boire
Ô si longs traits le venin amoureux ;

Ô vermillons, ô perlettes encloses,
Ô diamants, ô lis pourprés de roses,
Ô chant qui peut les plus durs émouvoir,

Et dont l'accent dans les âmes demeure.
Et dea beautés, reviendra jamais l'heure
Qu'entre mes bras je vous puisse r'avoir ?

Mètre du vers : décasyllabe en rythme 4/6
Schéma : ABBA puis ABBA puis CC/BDDB
"Variation" : 4 rimes au lieu de 5


Exemple 8 : JE VEUX MOURIR POUR TES BEAUTES, MAITRESSE

Je veux mourir pour tes beautés, Maîtresse,
Pour ce bel oeil, qui me prit à son hain,
Pour ce doux ris, pour ce baiser tout plein
D'ambre et de musc, baiser d'une Déesse.

Je veux mourir pour cette blonde tresse,
Pour l'embonpoint de ce trop chaste sein,
Pour la rigueur de cette douce main,
Qui tout d'un coup me guérit et me blesse.

Je veux mourir pour le brun de ce teint,
Pour cette voix, dont le beau chant m'étreint
Si fort le coeur que seul il en dispose.

Je veux mourir ès amoureux combats,
Soûlant l'amour, qu'au sang je porte enclose,
Toute une nuit au milieu de tes, bras.

Mètre du vers : décasyllabe en rythme 4/6
Schéma : ABBA puis ABBA puis BB/CDCD
"Variation" : 4 rimes au lieu de 5


Exemple 9 : TE REGARDANT ASSISE AUPRES DE TA COUSINE

Te regardant assise auprès de ta cousine,
Belle comme une Aurore, et toi comme un Soleil,
Je pensai voir deux fleurs d'un même teint pareil,
Croissantes en beauté, l'une à l'autre voisine.

La chaste, sainte, belle et unique Angevine,
Vite comme un éclair sur moi jeta son oeil.
Toi, comme paresseuse et pleine de sommeil,
D'un seul petit regard tu ne m'estimas digne.

Tu t'entretenais seule au visage abaissé,
Pensive toute à toi, n'aimant rien que toi-même,
Dédaignant un chacun d'un sourcil ramassé.

Comme une qui ne veut qu'on la cherche ou qu'on l'aime.
J'eus peur de ton silence et m'en ahai tout blërne,
Craignant que mon salut n'eût ton oeil offensé.

Mètre du vers : alexandrin
Schéma : ABBA puis ABBA puis CDCDDC


Exemple 10 : JE PLANTE EN TA FAVEUR CET ARBRE DE CYBELE
Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle,
Ce pin, où tes honneurs se liront tous les jours :
J'ai gravé sur le tronc nos noms et nos amours,
Qui croîtront à l'envi de l'écorce nouvelle.

Faunes qui habitez ma terre paternelle,
Qui menez sur le Loir vos danses et vos tours,
Favorisez la plante et lui donnez secours,
Que l'Été ne la brûle, et l'Hiver ne la gèle.

Pasteur, qui conduiras en ce lieu ton troupeau,
Flageolant une Eglogue en ton tuyau d'aveine,
Attache tous les ans à cet arbre un tableau,

Qui témoigne aux passants mes amours et ma peine ;
Puis l'arrosant de lait et du sang d'un agneau,
Dis : " Ce pin est sacré, c'est la plante d'Hélène. "

Mètre du vers : alexandrin
Schéma : ABBA puis ABBA puis CDCDCD
"Variation" : 4 rimes au lieu de 5 et sans distique


Exemple 11 : JE VOUS ENVOYE UN BOUQUET QUE MA MAIN

Je vous envoye un bouquet que ma main
Vient de trier de ces fleurs épanies,
Qui ne les eust à ce vespre cuillies,
Cheutes à terre elles fussent demain.

Cela vous soit un exemple certain
Que vos beautés, bien qu'elles soient fleuries,
En peu de tems cherront toutes flétries,
Et comme fleurs, periront tout soudain.

Le tems s'en va, le tems s'en va, ma Dame,
Las ! le tems non, mais nous nous en allons,
Et tost serons estendus sous la lame :

Et des amours desquelles nous parlons,
Quand serons morts, n'en sera plus nouvelle :
Pour-ce aimés moy, ce-pendant qu'estes belle

Mètre du vers : décasyllabe en rythme 4/6
Schéma : ABBA puis ABBA puis CDCD/EE
"Variation" : Distique (deux vers à rimes plates) à la fin

On remarquera la richesse des rimes dans la plupart des sonnets.

_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)

Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages: 1002
Age: 64
Localisation: Nord de la France
Date d'inscription: 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum