Enseignements de liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Enseignements de liberté

Message  Gil Def le Mer 22 Mar - 20:53




ENSEIGNEMENTS DE LIBERTE



On m’avait écrit liberté pour mes cahiers pour cent mille ans
Alors je lui ai donnée l’âge inouï des beautés sauvages
Dix ans, collier et coquillage à en préparer des voyages
Mais je n’avais pas intégré les perceptions vraies de mon temps

Ceux qu’on croit grands n’ont-ils pas tort de tant léguer cet idéal
La lune au téléobjectif, car les pièges pour les oiseaux
Les étrennes du laid, du faux, les arènes pour les taureaux
Le sang chaud, les mises à mort, tant de découvertes brutales

On m’avait promis liberté partout, sur les lieux d’embarquement
Alors je lui ai donnée l’âge impatient de partir au large
Vingt ans, entier, et l’avantage à reprendre tous les sillages
Mais je n’avais pas supposé les caps dispersés tant et tant

Ceux qu’on croit grands n’ont-ils pas tort de tant larguer cet idéal
Tout ça pour des spectres captifs, plaintifs du manque d’indigo
De liens avec l’invisible, tout ça pour un vieux lamento
Un bateau à sec, échoué, ce rien de nous au terminal

On m’avait chanté liberté de voix fortes des résistants
Alors je lui ai donnée l’âge en paix qui repeint les visages
Mon temps, les blés, le courage, les voies et les vols de passage
Mais je n’avais pas escompté trop de désertions dans les rangs

Ceux qu’on croit grands n’ont-ils pas tort de tant noyer cet idéal
Tout ça pour vivre fautifs, au passif devant les tableaux
Icare tombé de si haut, ou Guernica de Picasso
A en délaisser tout effort, tout du sursaut paradoxal

On m’avait rendu liberté plus que naguère noir et blanc
Alors je lui ai donnée l’âge en baisers rouge essai sur les plages
Mon temps, du son et de l’image nouvelle vague et tout qu’on partage
Mais je n’avais pas encore vu les cinémas des gouvernants

Ceux qu’on croit grands n’ont-ils pas tort de tant sabrer cet idéal
Tout ça pour jouer facile, fossile des idées en trop
Des messages sur la peau, des mots ricochets, des échos
Et se faire aux grands désaccords, à mourir d’aimer immoral

Je me suis changé liberté comme défi décidément
Alors je lui ai donnée l’âge à nouveau enfant tourne-page
Ce temps futur, plus mature que trente glorieuses d’outrages
Ce tous ensemble, hisse et ho, et contre tout empêchement

Ceux qu’on croit grands n’ont-ils pas tort de tant tuer cet idéal
Tout ça pour un credo habile, hostile au dire des droits égaux
A l’art intrépide du saut avant l’être et l’avoir plus haut
Plus loin, plus beau, cent fois encore à désir tant fondamental


© Gil DEF - 19.04.2009
- Manifeste pour un âge mandarine -  








_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
avatar
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1733
Age : 67
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum