Les valses de Vienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les valses de Vienne

Message  Gil Def le Mar 20 Nov - 16:37




LES VALSES DE VIENNE




Pourquoi ces larmes soudain qui me viennent
Quand tu me parles des valses de Vienne ?
Tu crois peut-être que c'est de la peine
Non, juste de beaux souvenirs qui me reviennent.

Ce n'est pas moi
Qui t'invite pour la première valse
C'est mon père
Qui aimait tant la danse
Ce n'est pas toi
Qui me réserve toutes les danses
C'est ma mère
Qui ne tourne plus sur une valse

Ce n'est pas moi qui te regarde
Et te trouve si belle
Dans ta longue robe de dentelle
C'est mon père qui la regarde
Et plonge avec ivresse
Dans le bleu de ses yeux
Ce n'est pas toi qui me regardes
Et te plonge avec tendresse
Dans le bleu de mes yeux
C'est ma mère qui le regarde
Et se demande si elle est belle
Dans la robe de sa soeur Rachel.  

J'imagine leur première valse.
Ils ne connaissaient pas Vienne.
Ils ne sont jamais allés à Vienne.
Il n'y avait pas de violons.
C'était  la fête de leur village
Pour les gens de tous les âges
Elle n'avait pas dix-sept ans
Lui n'avait pu arrêter le temps
Et avait perdu quelques printemps
Elle devait être une enfant sage
Lui devait l'être bien davantage
Mais ils se sont moqués des années
Qui pouvaient les séparer
Et ils se sont mis à tourner
A tourner à tourner
Sur des flots expirés d'accordéon.
Il n'y avait pas besoin de violons.

Et chaque année
Pendant bien des années
Ils ont tourné et tourné
A chaque fête du village
Avec des gens de tous les âges
Sur des flots expirés d'accordéon
Il n'y avait jamais eu de violons.

A chaque premier jour de l'an
J'imagine qu'ils ont ignoré le temps

Ils sont arrivés à Vienne.
J'imagine un grand orchestre et les violons
Ils ne jouent que pour eux
Le beau Danube bleu
Pour les faire tourner et tourner
Pour l'éternité
Dans le plus beau bal de Vienne.
Il n'y a plus d'accordéon.


© Gil DEF - N° 9 / 26.06.2004
- Alborada de la vie -









Dernière édition par Gil Def le Ven 21 Avr - 20:00, édité 11 fois

_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
avatar
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1733
Age : 67
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les valses de Vienne

Message  Marie-Isabelle le Dim 25 Nov - 20:40

Et ils se sont mis à tourner
A tourner à tourner
Sur des flots expirés d'accordéon.
Il n'y avait pas besoin de violons.


Très émouvant ... On n'entend plus les violons, seuls persistent des accords d'accordéon.

Bises. Marie-Isabelle
avatar
Marie-Isabelle

Féminin
Nombre de messages : 58
Age : 61
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les valses de Vienne

Message  Gil Def le Lun 26 Nov - 11:35

Marie-Isabelle

Merci de ce commentaire qui montre une grande sensibilité de ta part sur ce croisement voulu des violons des grands orchestres et des accordéons des bals de mes parents, en trois temps de leur amour.

Bises. Gil

_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
avatar
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1733
Age : 67
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les valses de Vienne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum