08. Les vers longs

Aller en bas

08. Les vers longs

Message  Gil Def le Ven 23 Nov - 14:29

.


LEXIQUE POETIQUE

- LES VERS LONGS -





DEFINITION

Les vers sont dits longs quand il compte plus de huit syllabes. Ces vers ont une césure.

LES VERS IMPAIRS

- L'ennéasyllabe ou vers de neuf syllabes figure dans l'ancienne poésie lyrique française mais rarement en isométrie.
Verlaine pourtant s'en fait un temps le défenseur.

Exemple
De la musique avant tout autre chose
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose
Le rythme est ici 4 + 5 (Verlaine)

- L'hendécasyllabe ou vers de onze pieds , très ancien, a été utilisée de façon très irrégulière. On le retrouve au XIXe siècle, chez Marceline Desbordes-Vilmore puis plus tard chez Verlaine et Rimbaud.

Exemple
Ô champs paternels //hérissés de charmille
Où glissent le soir // des flots de jeunes filles(Marceline Desbordes-Valmore)
Le rythme est ici 5 + 6, le plus fréquent pour ce type de vers


LES VERS PAIRS

Le décasyllabe ou vers de dix pieds et l'alexandrin ou vers de douze pieds ayant fait l'objet de sujets précédents, ce sujet n'y reviendra pas davantage.

REMARQUES

Les vers de plus de douze pieds sont plutôt rares.
Aragon est sans doute le poète qui s'est le plus essayé aux vers longs, avec des vers de vingt pieds et plus.


EXEMPLE

Art poétique

De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.

Il faut aussi que tu n'ailles point
Choisir tes mots sans quelque méprise :
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l'Indécis au Précis se joint.

C'est des beaux yeux derrière des voiles,
C'est le grand jour tremblant de midi,
C'est, par un ciel d'automne attiédi,
Le bleu fouillis des claires étoiles !

Car nous voulons la Nuance encor,
Pas la Couleur, rien que la nuance !
Oh ! la nuance seule fiance
Le rêve au rêve et la flûte au cor !

Fuis du plus loin la Pointe assassine,
L'Esprit cruel et le Rire impur,
Qui font pleurer les yeux de l'Azur,
Et tout cet ail de basse cuisine !

Prends l'éloquence et tords-lui son cou !
Tu feras bien, en train d'énergie,
De rendre un peu la Rime assagie.
Si l'on n'y veille, elle ira jusqu'où ?

O qui dira les torts de la Rime ?
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ?

De la musique encore et toujours !
Que ton vers soit la chose envolée
Qu'on sent qui fuit d'une âme en allée
Vers d'autres cieux à d'autres amours.

Que ton vers soit la bonne aventure
Eparse au vent crispé du matin
Qui va fleurant la menthe et le thym...
Et tout le reste est littérature.


Paul Verlaine (1844-1896) Jadis et naguère




_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
avatar
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1750
Age : 69
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum