La sale histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La sale histoire

Message  Gil Def le Sam 11 Oct - 17:09




LA SALE HISTOIRE



A en croire les banquiers nous sommes dérisoires
Braves gens, circulez, il n’y a rien à voir
N’attendez rien de ceux qui plaident non coupables
Allez sécher vos larmes dans leurs mouchoirs jetables
Si ça ressemble à 29, si c’est le grand bazar
Ne vous inquiétez pas, ce n’est que provisoire

Voilà comme ils nous parlent tous ces gens respectables
Partisans complices de trafics détestables
Serviteurs de systèmes à nous servir l’histoire
De deux ou trois lampistes accusés sans retard
Du toujours des riches, toujours des misérables
Après tout le Jésus est né dans une étable

A en croire ces croupiers des jeux du capital
Bravez gens, circulez, tout ça reste normal
N’attendez rien de ceux qui font gagner les riches
N’allez pas vous fâcher sur le luxe qui s’affiche
Si certains ont du fric, ce n’est pas un scandale
Pour le bien mal acquis, qu’importe la morale

Voilà comme ils nous parlent et comment ils trichent
Braves gens, circulez, retournez à vos niches
Ils nous voient comme chiens courir après leur balle
Pendant qu’eux bon maîtres font l’argent des timbales
Tant que les enragés seront connus par fiches
Leurs vanités cossues vivront de l’or fétiche

A en croire ces sorciers de la haute finance
Braves gens, circulez, il n’y a pas urgence
N’attendez rien de ceux qui vous font disparaître
Le comment des fortunes impossibles à soumettre
Au crible des reproches de grande délinquance
De délits en tous genres, à nier nos souffrances

Voilà comme ils amassent menacent malhonnêtes
Braves gens, circulez, et payez les dettes
N’attendez rien de ceux qui faussent les balances
Nous laissent à nos ruines à l’absence de chance
Quand on prend nos maisons, quand des usines s’arrêtent,
A se décourager de demeurer honnête

A en croire les banquiers nous sommes dérisoires
Braves gens, circulez, il n’y a rien à voir
N’attendez personne pour rétablir le mal
A nous, monde d’en bas comme on le dit banal
Par l’affront, la combine à leurs vilains regards
Ils nous laissent le pire dans leurs sales histoires


© Gil DEF - N° 503 / 07.10.2008
- Manifestement cherche-monde -  








_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
avatar
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1733
Age : 67
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum