COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

La mort de Jaurès - Anna de Noailles

Aller en bas

La mort de Jaurès - Anna de Noailles Empty La mort de Jaurès - Anna de Noailles

Message  Gil Def Dim 28 Fév - 19:20

La mort de Jaurès - Anna de Noailles 721364 La mort de Jaurès - Anna de Noailles 721364 La mort de Jaurès - Anna de Noailles 721364


HISTOIRE ET P0LITIQUE

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE





La mort de Jaurès
Anna de Noailles


La mort de Jaurès - Anna de Noailles Jeanjauresok


I
J’ai vu ce mort puissant le soir d’un jour d’été.
Un lit, un corps sans souffle, une table à côté :
La force qui dormait près de la pauvreté !
J’ai vu ce mort auguste et sa chambre économe,
La chambre s’emplissait du silence de l’homme.
L’atmosphère songeuse entourait de respect
Ce dormeur grave en qui s’engloutissait la paix ;
Il ne semblait pas mort, mais sa face paisible
S’entretenait avec les choses invisibles.
Le jour d’été venait contempler ce néant
Comme l’immense azur recouvre l’océan.
On restait, fasciné, près du lit mortuaire
Écoutant cette voix effrayante se taire.
L’on songeait à cette âme, à l’avenir, au sort.
— Par l’étroit escalier de la maison modeste,

Par les sombres détours de l’humble corridor,
Tout ce qui fut l’esprit de cet homme qui dort,
Le tonnerre des sons, le feu du cœur, les gestes,
Se glissait doucement et rejoignait plus haut
L’éther universel où l’Hymne a son tombeau.

Et tandis qu’on restait à regarder cet être
Comme on voit une ville en flamme disparaître.
Tandis que l’air sensible où se taisait l’écho
Baisait le pur visage aux paupières fermées,
L’Histoire s’emparait, éplorée, alarmée,
De ce héros tué en avant des armées…

II
L’aride pauvreté de l’âme est si profonde
Qu’elle a peur de l’esprit qui espère et qui fonde.
Elle craint celui-là qui, lucide et serein,
Populaire et secret comme sont les apôtres,
N’ayant plus pour désir que le bonheur des autres,
Contemple l’horizon, prophétique marin,
Voit la changeante nue où la brume se presse.
Et, fixant l’ouragan de ses yeux de veilleur,
Dit, raisonnable et doux : « Demain sera meilleur. »
— Ô Bonté ! Se peut-il que vos grandes tendresses,
Que vos grandes lueurs, vos révélations,
Ce don fait aux humains et fait aux nations
Inspirent la colère à des âmes confuses ?
Faut-il que l’avenir soit la part qu’on refuse
Et l’archange effrayant dont on craigne les pas ?
— Grand esprit, abattu la veille des combats,
C’est pour votre bonté qu’on ne vous aimait pas...

III
Vous étiez plus vivant que les vivants, votre air
Était celui d’un fauve ayant pris pour désert
La foule des humains, à qui, pâture auguste,
Vous offriez l’espoir d’un monde éfral et juste.
Vous ne distinguiez pas, tant vos feux étaients forts,
L’incendie éperdu que préparait le sort.
Vos chants retentissaient de paisibles victoires…
— Alors, la Muse grave et sombre de l’Histoire,
Ayant avec toi-même, ô tigre de la paix,
Composé le festin sanglant dont se repaît
L’invisible avenir que les destins élancent,
Perça ta grande voix de sa secrète lance
Et fit tonner le monde au son de ton silence…



- Les Forces éternelles -












JAURES, VOIX ASSASSINEE DE LA PAIX

Jean Jaurès consacre les dernières années de sa vie à la défense de la paix alors que la guerre menace et qu’un puissant courant nationaliste la réclame. Pendant la journée du 31 juillet 1914, le dernier jour de sa vie, il tente, d'abord à la Chambre des députés, puis au ministère des Affaires étrangères, d'empêcher le déclenchement des hostilités de la Première Guerre mondiale. En fin d'après-midi, il se rend à son journal, L'Humanité, pour rédiger un article. Avant la nuit de travail qui s'annonce, il descend avec ses collaborateurs pour dîner au Café du Croissant. Vers 21 h 40, un étudiant nationaliste, Raoul Villain, tire deux coups de feu par la fenêtre ouverte du café et abat Jaurès à bout portant. Cet assassinat anéantit la dernière voix de la paix, facilite le ralliement de la gauche, y compris de beaucoup de socialistes à l’Union sacrée, une union entièrement acquise à la guerre.
Le 29 mars 1919, le meurtrier de Jaurès est acquitté, et la veuve de Jaurès est condamnée à ses dépens au paiement des frais du procès.






_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 3202
Age : 72
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum