COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
TV 42″ (106 cm) Continental Edison avec Full HD et Android à moins ...
199.99 €
Voir le deal

La mouette - William Chapman

Aller en bas

La mouette - William Chapman Empty La mouette - William Chapman

Message  Gil Def Jeu 18 Mar - 11:59




L'HOMME ET LA NATURE

L'HOMME ET L'ANIMAL





La mouette
William Chapman


La mouette - William Chapman 1536872519_930917_1536872777_noticia_normal


De l’occident brumeux, subitement surgi,
Le vent râle, le vent meugle, le vent mugit
À travers l’infini de l’Océan qui bave
Et roule autour de nous plus d’une sombre épave.
Le vent pleure, le vent siffle, le vent rugit,
Et sous ses lourds assauts le vaste flot, rougi
Par le dernier lambeau du soleil qui se couche,
Mêle à ses bruits stridents son bramement farouche.
Un nuage grisâtre émerge à l’horizon,
S’étirant sur le ciel comme une ample toison.
La tempête s’avance, et, battu par la houle
Qui tour à tour bondit, court, s’abat, monte et croule,
Le grand paquebot fend majestueusement
La froide immensité de l’abîme écumant ;

Et les efforts sans nom de l’onde convulsive
Sont impuissants et vains contre la nef massive.
Derrière elle et comme elle inlassable et narguant
Les chocs vertigineux du sauvage ouragan,
La mouette poursuit sa course accoutumée
À travers le brouillard et la noire fumée
Qui monte de l’enfer allumé dans les flancs
Du rapide steamer en proie aux flots hurlants.
Contre les tourbillons croissants de la bourrasque
Elle vole d’une aile inconstante et fantasque,

Elle tournoie au ras des eaux l’éclaboussant,
Elle file tout droit, d’un trait calme et puissant,
Devant elle dardant un œil noir qui flamboie,
Et, parfois, frémissant d’une indicible joie,
Elle monte, elle plane, ou plonge tout à coup
Dans le creux tournoyant de la lame qui bout,
Remonte d’un coup d’aile au ciel voilé de brume,
Redescend aussitôt, se pose sur l’écume
De la vague, s’y berce, avec elle se fond,
Puis reprend un essor plus léger et plus prompt,
Nous rejoint, nous dépasse, et de nouveau s’arrête.
Ferme son vol, s’abat encore sur la crête
Des grands flots éraflés par l’âpre souffle amer,
Disparaît entre deux gonflements de la mer,
Reparaît, et, rasant les ondes éperdues,
S’efface dans la nuit des mornes étendues.





- Les Fleurs de givre -









_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2785
Age : 71
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum