COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -47%
-47% sur SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo ...
Voir le deal
22.99 €

Les pigeons - Emile Verhaeren

Aller en bas

Les pigeons - Emile Verhaeren Empty Les pigeons - Emile Verhaeren

Message  Gil Def Jeu 22 Avr - 10:33




AINSI VA LA VIE

SCENES DE LA VIE





Les pigeons
Emile Verhaeren


Les pigeons - Emile Verhaeren BG9jYWw6Ly8vMDAvMDAvMDQvODcvNjQvMjAwMDAwNDg3NjQ3MQ



En des paniers
De jaune et reluisant osier,
Ils sont partis, de lieue en lieue,
Les pigeons gris, les pigeons bleus.

Ils sont partis depuis deux jours,
— Oh ! les cahots du fourgon lourd —
Ils sont partis dans les bagarres,
Les heurts, les cris et les sifflets des gares ;
Ils sont partis, sait-on jusqu’où,
Mêlés et affolés,
Pour quel lâcher tumultueux et fou ?

Or, les voici, c’est dimanche, qui s’en reviennent
Des montagnes méridiennes,
Le col tendu et le vol haut,
Et que déjà,
Tout en suivant des yeux le dard d’une girouette,
On les attend et on les guette
Là-bas,
Au fond des ruelles inquiètes
Des deux Nèthes et de l’Escaut.

Dans les greniers, sous les poutres vermeilles,
On veille,
Et sur la place, où le ciel vaste et clair
Rayonne, on s’attroupe, le nez en l’air ;
Et là, sur les pignons où rien ne bouge,
Seuls, les colombiers verts,
Porte ouverte, règnent sur les toits rouges.
Et tout-à-coup, plus haut que tours et coupoles,
Les plus ardents se désignent du doigt,
Une tache mince dans le ciel froid ;
On dirait une virgule qui vole
Et s’approche, et grandit, et d’un coup d’aile
Se détachant de l’infini,

Vient effleurer le faîte et les moëllons ternis
Du vieux rempart et de la citadelle.

De groupe en groupe, on crie et l’on s’excite.
Les cœurs battent et des paroles,
Dites très vite,
S’affolent ;
Le tumulte s’aggrave et gagne au loin,
Dans la ville, les coins et les recoins ;
Celui qui le premier a reconnu
Le vol lointain venant de l’inconnu,
S’en va, l’orgueil au front, de ruelle en ruelle,
Crier victoire et conter la nouvelle,
Tandis qu’au même instant,
Là-bas, dans une cour que les foules traversent,
Sur son pigeon hagard et haletant,
Le colombier vainqueur laisse tomber sa herse.

Aussitôt pris,
Le pigeon bleu, le pigeon gris,
Est engouffré dans un fourreau de toile,
Et le coureur le plus ardent,

Torse bombé comme une voile
S’enfuit, ce paquet lâche entre les dents.

Il le passe à quelqu’autre après sa course faite,
Et celui-ci courant, le repasse à son tour
À quelqu’autre, là-bas, qui d’un élan s’entête
À gagner la grand’ salle où se fait le concours.

À l’auberge des « Trois Guirlandes »,
Sont installés les vieux joueurs,
Qui s’angoissent et qui l’attendent.
Il arrive, gorge sèche, front en sueur ;
Un silence se fait : le vainqueur se désigne,
Et l’échevin, très gravement, consigne,
Sur des feuillets lignés où pèse une écritoire,
La victoire.

Et surviennent après, ceux dont le sort
Fut moins heureux, mais fut heureux encor ;
Ils déclinent leur nom : tous gagnent ;
Il en accourt des bourgs et des campagnes,

Avec, sur leurs pieds nus, la crasse des sentiers.
Leurs bras levés balaient, d’un coup de bière,
L’âpre poussière
De leurs gosiers ;
Et tels s’en vont, serrant leur bien,
Et tels se croient nimbés de gloire
Et paient gaîment à boire.
Seuls, les derniers n’ont rien,
Et leur fureur et leur déveine se buttent
Aux poings tendus des cris et des disputes.

Et dans son prône, exaspéré,
Le vieux curé
Tance, flétrit, malmène
Ceux qui confient le gain de leur semaine
Au jeu mouvant
D’une aile au vent,
Et se moquent de la promesse,
Faite à confesse,
De ne point déserter
Les dimanches d’été,
La messe.



- Les Villes à pignons -










LA COLOMBOPHILIE

Dans ce texte, Emile Verhaeren évoque la pratique colombophile qui est apparue en Belgique au 18e siècle pour se répandre par la suite dans les pays voisins. La colombophilie consiste à élever des pigeons et de les faire concourir. Les pigeons voyageurs sont des compétiteurs. Ils sont ainsi collectés, enlogés dans des paniers et lâchés à distance de leurs pigeonniers qu’ils doivent rejoindre dans le minimum de temps. Il faut ainsi imaginer que les jours de compétition souvent le dimanche les colombophiles étaient et sont particulièrement attentifs et préoccupés par le retour de leurs pigeons et par les opérations consistant à établir l’heure d’arrivée de leurs pigeons grâce à des bagues colorées et numérotées. C’est ce que ce texte met en exergue.    








_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2785
Age : 71
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum