COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-54%
Le deal à ne pas rater :
Colle Pattex « Ni clou ni vis » – Tube 52 g à 2,95€
2.95 € 6.35 €
Voir le deal

Période électorale - François Coppée

Aller en bas

Période électorale - François Coppée Empty Période électorale - François Coppée

Message  Gil Def Mar 18 Mai - 15:32

Période électorale - François Coppée 721364 Période électorale - François Coppée 721364 Période électorale - François Coppée 721364


HISTOIRE ET POLITIQUE

LA TROISIEME REPUBLIQUE 1870-1940





Période électorale
François Coppée


Période électorale - François Coppée 1900_New_York_polling_place


On va voter. Paisible assembleur d’hémistiches,
Je reste froid. Mais j’ai l’horreur de ces affiches
Aux tons crus et de leurs grotesques boniments.
Malgré moi, je les lis sur tous les monuments ;
Je compare, écœuré de patois inutile,
La colle du papier et la glaire du style ;
J’y prends même, à la longue, un intérêt réel,
— C’est absurde, ― et veux voir, devant cet arc-en-ciel
D’imprimés dont soudain Paris se bariole,
Lequel de ces sauteurs fait mieux sa cabriole.
Dans mon quartier, voyons ! qui sera député ?

Cet avocat véreux ? ce médecin raté ?
Quand j’y songe, le choix me paraît difficile.
L’un est une canaille, et l’autre un imbécile.
Mais il faut t’obéir, suffrage universel !
Je dois un bulletin à cette boîte à sel
Que le Français, épris du tragique cothurne
Et du style pompier, appelle encore une urne.
C’est plus aveugle et plus bête que le hasard ;
Mon suffrage est l’égal de celui d’un pochard.
Il vaudrait mieux jouer la chose à pile ou face.
Mais enfin c’est ainsi. Que faut-il que je fasse ?
Qui nommer ? L’avocat, format grand-colombier,
Se placarde en vert-pomme et rouge-caroubier,
Et le docteur salit des murailles entières
D’un nom jadis célèbre au fond des pissotières.
Pour qui voter ? Tous les journaux, si je m’abstiens,
Vont me ranger parmi les mauvais citoyens.
Lequel des candidats choisirai-je dimanche ?
En attendant, tous deux me tirent par la manche.
Je me sens raccroché, du matin jusqu’au soir,
Par leur prose publique et qui fait le trottoir,
— Oh ! quel dégoût ! ― et, sur chaque affiche pareille
A la fille de nuit qui vous parle à l’oreille
Et cherche à vous troubler d’un érotique émoi,
Je lis : "Bel électeur, veux-tu monter chez moi ?"



- Les Paroles sincères -












LE SUFFRAGE UNIVERSEL

En France, le suffrage universel a été instauré la première fois en 1792 mais ce n’est qu’en 1944 qu’il est effectif avec le droit de vote accordé aux femmes. Si le suffrage universel est très souvent présenté de nos jours comme une donnée essentielle à toute démocratie, est-ce à raison ou à tort ? Ceci étant dit, François Coppée dans ce texte écrit en 1888 déclare qu’il n’est en rien fervent de cela, c’est de son dégoût du racolage électoraliste, comparable à une sorte de prostitution dont il parle. Faut-il considérer que ce dégoût soit si incompréhensible, si infondé et plus du tout d’actualité ?





_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 3202
Age : 72
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum