Le Deal du moment : -57%
Batterie externe à induction Samsung avec ...
Voir le deal
14.99 €

Mortel pense quel est dessous la couverture - Jean-Baptiste Chassignet

Aller en bas

Mortel pense quel est dessous la couverture - Jean-Baptiste Chassignet Empty Mortel pense quel est dessous la couverture - Jean-Baptiste Chassignet

Message  Gil Def le Ven 29 Fév - 11:44




LA MORT ET LE DEUIL

THEME GENERAL  





Mortel pense quel est dessous la couverture  
Jean-Baptiste Chassignet




Mortel pense quel est dessous la couverture
D’un charnier mortuaire un corps mangé de vers,
Décharné, dénervé, où les os découverts,
Dépoulpés, dénoués, délaissent leur jointure :

Ici l’une des mains tombe de pourriture,
Les yeux d’autre côté détournés à l’envers
Se distillent en glaire, et les muscles divers
Servent aux vers goulus d’ordinaire pâture :

Le ventre déchiré cornant de puanteur
Infecte l’air voisin de mauvaise senteur,
Et le nez mi-rongé difforme le visage ;

Puis connaissant l’état de ta fragilité,
Fonde en Dieu seulement, estimant vanité
Tout ce qui ne te rend plus savant et plus sage.


- Le Mépris de la vie et consolation contre la mort -












LE THEME RECURRENT DE LA MORT

Cette œuvre s’inscrit dans ce courant poétique de la fin du XVIe siècle sensible aux images de la mort, de l’agonie et du pourrissement de la chair, comme on les trouve dans les Derniers Vers de Ronsard, contemporain de Chassignet. Cette sensibilité est sans aucun doute alimentée par le contexte des guerres de religion entre catholiques et protestants, des massacres et des horreurs qui les accompagnent.
Elève des Jésuites, Jean-Baptiste  se réfère à l’Ecclésiaste, aux Psaumes, et à la Bible. Il prouve une solide culture humaniste. Il multiplie les allusions à Sénèque.  Il est aussi influencé par des contemporains notamment Philippe du Plessis-Mornay, écrivain et homme politique protestant, qui avait publié en 1576 un Discours de la vie et de la mort. Il s'inspire vraisemblablement de l'écrivain espagnol Diego de Estella et de son livre Vanitad del mundo (Vanité du monde) publié en 1562 et traduit en 1587. Il emprunte largement aux Essais de Montaigne. Mais l’évocation macabre de la mort chez Chassignet n'est pas une invitation à jouir du temps présent, c'est au contraire l'occasion de se ressaisir en fonction d'un futur proche et inéluctable. Par cette œuvre, Chassignet se situe dans un courant chrétien qui va évoluer au siècle suivant vers l'austérité.






Dernière édition par Gil Def le Ven 25 Juin - 9:15, édité 15 fois

_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1808
Age : 70
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum