COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

Machaut, Guillaume de (2) - vers 1300-1377

Aller en bas

Machaut, Guillaume de (2) - vers 1300-1377 Empty Machaut, Guillaume de (2) - vers 1300-1377

Message  Gil Def Jeu 12 Mai - 18:15

Machaut, Guillaume de (2) - vers 1300-1377 377699  Machaut, Guillaume de (2) - vers 1300-1377 377699  Machaut, Guillaume de (2) - vers 1300-1377 377699


Guillaume de MACHAUT

Machault près de Reims vers 1300 - 1377 Reims





"Poésie sur parole" - France Culture 15.10.2006
"L'Amoureus Tourment" du dernier trouvère


Notice :
Encore aujourd'hui, on associe surtout le nom de Guillaume de Machaut (v. 1300-v. 1377) à ses lais et chansons polyphoniques, ou à ce monument visionnaire qu'est la Messe de Notre-Dame, tous représentants d'une jaillissante "ars nova". C'est oublier l'art de "l'ancienne forge" auquel se rattache sa première inspiration, essentiellement monodique. Or Pierre Hamon et ses compagnons se sont attachés, dans leur disque "L'Amoureus Tourment", à faire entendre dans son intégralité le plus ancien lai de Machaut, "Loyauté que point ne delay" : trente-six minutes véritablement planantes, qui évoqueraient d'autant mieux la musique indienne que Pierre Hamon, entre autres flûtes, y joue d'une traversière "bansuri", souvenir de son apprentissage auprès du grand Hariprasad Chaurasia.
Tout au long de ce lai, c'est la mélodie de la première strophe, superbement inspirée, qui revient non pas imperturbablement, mais chaque fois subtilement variée, pour créer l'hypnose. Le programme se poursuit par le Lai de la Pastourelle, anonyme du XIIIème siècle, une ballade de Jehan de Lescurel, de la génération immédiatement antérieure à Guillaume de Machaut, un virelai de celui-ci, et par le dernier lai transmis par l'histoire, "De cuer je soupire", au début du XVème siècle, ultime et très étrange produit de l'"ancienne forge".
Comme l'écrit excellement Agathe Sultan dans le texte accompagnant "L'Amoureus Tourment" : "Délivré de la langue latine, le lai s'écrit en français ou en allemand. Celtique ou roman, le lai est donc un legs : de la musique à la poésie, certes, mais aussi de l'amant à sa dame. Sa thématique courtoise en fait une parole en reste, mélancolique, dernière parole avant la mort. Machaut s'y interroge sur la fin de l'écriture, mais cette fin est paradoxale, car première et dernière strophe possèdent des schémas semblables, créant une forme en arche. Achevé avant même d'avoir commencé, le discours lyrique du lai déroule une temporalité singulière, pour mieux dire la loi de l'amour. Aussi n'est-ce pas à l'amant lui-même, mais à Loyauté que revient l'initiative de sa composition et le choix de ses premières sonorités."






_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 4111
Age : 72
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum