Le Deal du moment : -15%
Cahier de jeux pour les 3 – 5 ans : éveil ...
Voir le deal
5.95 €

Repères historiques : Languedoc

Aller en bas

Repères historiques : Languedoc Empty Repères historiques : Languedoc

Message  Gil Def le Mar 22 Avr - 9:18



Les trouvères en LANGUEDOC
Repères historiques : Languedoc Toulouse2

- REPERES HISTORIQUES -





STATUT DU LANGUEDOC DANS LA PERIODE

Les termes de Langedoc ou d'Occitanie ne désignent pas véritablement une entité territoriale à cette époque. Il correspond pour une part à des territoires placés sous l'autorité du roi d'Aragon, et pour l'autre part, à des territoires sous la coupe du comte de Toulouse, vassal du roi de France.
Dans la période de notre étude, ces vastes territoires vont être l'objet de conflits armés, de massacres, de deux croisades qui finiront par les attacher pour une grande part sous l'autorité directe du roi de France.


LES POSSESSIONS DU ROI D'ARAGON

Le roi d'Aragon possède d'importants territoires dans le Languedoc. Pendant longtemps, il y est plus puissant que le Comte de Toulouse. Il possède en propre les comtés de Gévaudan et de Rousillon, la vicomté de Millau et la seigneurie de Montpellier. Le Comté de Provence, à ne pas confondre avec le marquisat de Provence, appartient à sa famille. Il exerce sa suzeraineté sur les comtés de Comminges, de Foix et de Carcassonne. Pendant longtemps, il a aussi sous sa coupe les vicomtés d'Albi, de Béziers, de Narbonne dont il dispute la suzeraineté avec le Comte de Toulouse.

 
LE COMTE DE TOULOUSE

A l'époque la plus florissante de ce Comté, on note que Raymond VI (1156-1222) porte bien des titres. A celui de Comte de Toulouse, il joint ceux de duc de Narbonne, de comte du Quercy, de Rouergue et de Saint-Gilles pour lesquels il est vassal du roi de France, de comte d'Agen pour lequel il est vassal du duc d'Aquitaine, de marquis de Provence pour lequel il est vassal de l'Empire, et de comte de Melgueil où il est vassal du Pape. Le Comte de Toulouse exerce en théorie sa suzeraineté sur le comté du Valentinois, sur le Vivarais, sur les vicomtes d'Albi, de Béziers, de Nimes, de Rodez.
Raymond VI est apparenté au roi de France puisque sa mère est une soeur du roi Louis VII. Il s'est aussi fait un puissant allié en épousant la soeur de Richard Cœur de Lion, qui lui a apporté en dot une partie de l'Agenais, et le Quercy.


Repères historiques : Languedoc Catharesta2
Expulsion des Cathares de Carcassonne. 1209

LES CROISADES CONTRE LES ALBIGEOIS : 1209-1229

Raymond VI, Comte de Toulouse, comme ses prédécesseurs, doit d'abord résister à ses puissants voisins, aux tendances autonomistes de certains vassaux et surtout des villes. L'apparition et le développement du catharisme vont donner l'occasion d'une croisade contre l'hérésie initiée par le pape Innocent III. Si Raymond VI, menacé d'excommunication, participe dans un premier temps à cette croisade contre les Albigeois, il se rend vite compte qu'il se discrédite ainsi auprès de ses vassaux, et qu'il va perdre son comté.
La croisade commencée en 1209 est dirigée par Simon IV de Montfort. Ce dernier conquiert ville après ville. Si Raymond VI compte sur l'aide de ses alliés, il va devoir se résigner. En 1213, il est défait à la bataille de Muret où meurt Pierre II d'Aragon, son beau-frère et allié. En 1214, Jean Sans Terre, autre allié potentiel, défait à La Roche-aux-Moines, ne peut venir à son secours, d'autant que la coalition qu'il soutient est défaite par Philippe Auguste à Bouvines. Le concile de Latran dépossède Raymond VI de ses états, Simon de Montfort s'empare en 1215 de Toulouse, et devient comte. Un temps réfugié en Angleterre, Raymond VI revient en 1217. Avec son fils Raymond VII, il reconquiert Toulouse. Il meurt en 1222.

Raymond VII entreprend de réconquérir ses terres. En 1224, Amaury de Montfort, fils de Simon tué en 1217 lors du siège de Toulouse, se retire en Ile-de-France et cède ses droits au roi de France. Louis VIII choisit de mener une nouvelle Croisade en 1226. Après deux ans de combats et de guérillas, Raymond VII choisit de transiger et signe le Traité de Paris de 1229.


APRES LE TRAITE DE PARIS DE 1229

Après le traité de Paris, le bas Languedoc est annexé au domaine royal. Raymond VII garde le Toulousain, et le marquisat de Provence, mais il doit donner sa fille Jeanne en mariage à un frère de saint Louis, Alphonse de Poitiers. Cette condition est importante car si Jeanne meurt sans enfant, tout reviendra au domaine royal. C'est ce qui se produit en 1271.
En ce qui concerne les possessions du roi d'Aragon en Languedoc à la fin du XIIIe siècle, il ne reste plus que le Roussillon au nord des Pyrénées. Ses vassaux ont vu leurs domaines annexés ou sont passés sous la suzeraineté du roi de France. Saint-Louis a racheté le Gévaudan (1258) et Montpellier. Le comté de Provence est passé par mariage à Charles d'Anjou, frère de Saint-Louis.

Ce traité de Paris de 1229 n'arrête pas pour autant l'action de l'Inquisition qui chasse et persécute les hérétiques des années plus tard.
[/size]




Dernière mise à jour 27 avril 2008

_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1808
Age : 70
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum