20. L'enjambement, rejet et contre-rejet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

20. L'enjambement, rejet et contre-rejet

Message  Gil Def le Ven 30 Nov - 19:13

.


LEXIQUE POETIQUE

- ENJAMBEMENT, REJET, CONTRE REJET -





DEFINITION

On parle d'enjambement quand une phrase est répartie entre la fin d'un vers et le début du vers suivant, sans qu'il soit possible de ménager un arrêt entre les deux vers.

LES ENJAMBEMENTE EXTERNES

- Le rejet externe

On parle de rejet lorsqu'un groupe placé à la fin d'un vers se termine par un mot placé au début du vers suivant, ce dernier étant suivi d'un arrêt syntaxique.

Exemples

"Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire,
Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire
D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur." (Charles Baudelaire)

"Du haut d'un mont une onde rugissant
S'élançait : sous de larges sycomores,
Dans ce désert d'un calme menaçant,
Roulaient des flots agités et sonores." (René de Chateaubriand)

-Le contre-rejet externe

On parle de contre-rejet lorsqu'un mot ou un groupe placé à la fin d'un vers est précédé d'un arrêt syntaxique et annonce un groupe placé au début du vers suivant.

Exemple
"Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; / et l'aurore
Va dissiper la nuit." (Alphonse de Lamartine)


LES ENJAMBEMENTS INTERNES

Il s'agit de la répartition d'un groupe au-delà de la césure.

- Le rejet interne

Exemple
"Ainsi, quand je serai // perdu dans la mémoire" (Baudelaire)

- Le contre-rejet interne

Exemple
"Qui me ronge ô la vie //et la mort de mon coeur" (Baudelaire)


ETUDE D'UN EXEMPLE

LE FLACON de Charles BAUDELAIRE[/b]

Il est de forts parfums pour qui toute matière
Est poreuse. On dirait qu'ils pénètrent le verre. > contre-rejet externe
En ouvrant un coffret venu de l'Orient
Dont la serrure grince et rechigne en criant,

Ou dans une maison déserte quelque armoire > rejet interne
Pleine de l'âcre odeur des temps, poudreuse et noire,
Parfois on trouve un vieux flacon qui se souvient,> rejet interne
D'où jaillit toute vive une âme qui revient.

Mille pensers dormaient, chrysalides funèbres,
Frémissant doucement dans les lourdes ténèbres,
Qui dégagent leur aile et prennent leur essor,
Teintés d'azur, glacés de rose, lamés d'or. > rejet interne

Voilà le souvenir enivrant qui voltige
Dans l'air troublé; les yeux se ferment; le Vertige > rejet externe
Saisit l'âme vaincue et la pousse à deux mains> contre-rejet externe
Vers un gouffre obscurci de miasmes humains;

Il la terrasse au bord d'un gouffre séculaire,
Où, Lazare odorant déchirant son suaire,
Se meut dans son réveil le cadavre spectral
D'un vieil amour ranci, charmant et sépulcral.

Ainsi, quand je serai perdu dans la mémoire > rejet interne
Des hommes, dans le coin d'une sinistre armoire > rejet externe
Quand on m'aura jeté, vieux flacon désolé,
Décrépit, poudreux, sale, abject, visqueux, fêlé,

Je serai ton cercueil, aimable pestilence!
Le témoin de ta force et de ta virulence,
Cher poison préparé par les anges! liqueur
Qui me ronge, ô la vie et la mort de mon coeur !
> contre-rejet externe, puis contre-rejet interne




_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)

Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages: 1002
Age: 65
Localisation: Nord de la France
Date d'inscription: 16/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum