-34%
Le deal à ne pas rater :
Ordinateur Apple Mac mini ( modèle 2020) avec puce M1
679.99 € 1029.99 €
Voir le deal

Partenaires
Forum gratuitAnnuaire des forums


Tchat Blablaland
Statistiques
Nous avons 53 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Mireille8

Nos membres ont posté un total de 3231 messages dans 3064 sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Sondage
Voilà

Jeu 12 Aoû - 18:30 par Gil Def

COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail 989837  COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail 989837  COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail 989837





VOILA

COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Gilber12


I

Qui j’étais, qui je suis, le bail avant le trou
Depuis toujours, tant et plus, tel choix que je souligne
Tresser autour du cou ce motif des gens dignes  
L’unique parti pris : la vie, malgré les coups

II

Pensée intermittente, mais incise à s’y saisir,  
A l’escrime de tout, voix éparses de traboule  
Que peut-on rejoindre au temps comme eau qui coule  
Vaste océan que l’Etre où tout va s’engloutir

III

Tristesse comme deuil, combien de ce savoir,
Tous les pouvoirs sonneurs, hurle-vents du drame,
Aux résistants je suis mains tendues et sans armes
Volontaire d’un pas vers qui se fait miroir

IV

Résolu, bifurquer, ne pas appartenir
Signifier la voix de son cœur innombrable
Ses cordes sensibles et fréquences capables
Des métamorphoses à pouvoir s’y grandir

V

Les moulins de toujours, l’élan à tout revoir
Voyageurs de ce temps, pourquoi tant de tapages
Tant de simulacres concédés aux outrages
S’y tenir, c’est périr, gardez-vous des bavards

VI

Ainsi fait comme branche au sort d’être coupée
Point ne sert d’y penser d’en parler en rudesse
Tant que je peux servir les plus tendres adresses
A tout cherche-monde, priant, désemparé

VII

Parvenu au parloir de ces choses qui font
Sens, sans ‘équivoque, sans concession vulgaire
Avec la tentation d’un testament à faire
Voilà, je m’en remets au souffle des passions





© Gil DEF. N° 876 / 12.08.2021











Commentaires: 0

La leçon particulière

Ven 9 Avr - 18:27 par Gil Def

COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail 989837  COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail 989837  COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail 989837





LA LECON PARTICULIERE

COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail 0a05886c2f04c3169d3901202906de82--piano-art-the-piano


Ce matin là, il se pressait
Et au piano, elle chantait
La rue était déserte
Et la fenêtre ouverte
C'était une journée ordinaire
Et une leçon particulière
Elle ne l'avait jamais vu
Il était au coin de la rue
Il avait juste vingt ans
Elle jouait à contre temps
C'était une leçon ordinaire
Et une journée particulière

Le blé était en herbe
Et le printemps superbe

Quand la porte s'est refermée
Le soleil venait d'entrer
Des regards se sont croisés
Le piano s'est installé
Et a joué des notes claires
La leçon était particulière
Des mains se sont frôlés
Un sourire s'est étonné
Un parfum s'est envolé
Une gamme s'est arrêtée
Le métronome a continué
Sur des baisers effleurés

Elle était, il était, en prières
La leçon était particulière

Ce matin là, il s'envolait
Et sa jeunesse s'enivrait
Au plaisir de tous les délices
Elle a donné tout son amour
Sans malices et sans détour
Cédant à tous ses caprices
Et quand il a voulu parlé
De toujours, d'éternité
A la façon très particulière
Du cinéma d'avant guerre
Elle a baillonné ses lèvres
Et a rallumé sa fièvre

La leçon était particulière
Et le matin extraordinaire


Ce matin là, il est venu
Il est reparti dans la rue
Elle ne l'a pas retenu
Elle a souri à la fenêtre
Pour demain peut être
Il a disparu au coin de la rue
Le piano a pleuré l'inconnu
Une partition s'est perdue
Demain était sans lendemain
C'était une leçon particulière
Les lendemains si ordinaires
Juste avant que tout soit guerre

Le soleil pouvait bien être superbe
On n’en parla plus, on n’en parla plus

Ce matin, je suis revenu
Comme c’est vain pour ce qu’on a perdu
Je marche comme un inconnu
Et le piano ne chante plus
La rue n'est pas déserte
Les fenêtres sont ouvertes
Je n'ai pas de leçon particulière
Je ne sais pas jouer de piano
Cœur à l’envers, fortissimo
Je m’attarde à son souvenir
Je la vois en cette leçon particulière
Femme pour toute femme à qui plaire

Ô combien Elle était superbe
Ô Combien Elle l’était et le restera



© Gil DEF - N° 99 / 05.03.2005











[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

Puissions-nous encore nous reconnaître

Mer 11 Nov - 17:05 par Gil Def






PUISSONS-NOUS ENCORE NOUS RECONNAITRE

COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail F69855f3fc57f11e31b2fd57cef7554d


D’un bout à l’autre de mes pensées, une traversée
La multitude des énigmes, des foules qui les posent
Entre devoirs et libertés, je vais et me propose
De faire au mieux jusqu’à l’heure de tout abandonner

Par de grands hasards, vous me croiserez un jour peut être
Ne pariez pas trop que vous puissiez me voir, me céder
Une quelconque attention et un bout de temps volé
Au monde pressé, vidé à ne plus rien reconnaître    

Aujourd’hui, c’est toujours trop tard, ça tue le regard
Ca gesticule, ça fait beaucoup de bruit, ça divague
L’individu n’existe plus, ruiné qu’il est par les vagues
De menaces et d’agressions venant de toutes parts

Pour le temps qui me reste, je n’attends rien des pouvoirs
Tant ils dépossèdent de gens pour leur morale obscène
Tant ils font violence à la vérité et répandent la haine
L’affront des murs, des camps de la honte, des mouroirs  

De la haine, j’en ai, mais ce ne sera pas cette garce
Capable de me piller, savamment, bien méchamment
Ne rien détester de ce monde est impossible aux vivants
Mais l’issue est à saisir toute bonté, toute grâce qui passent

Les chefs devant, les autres tous derrière, bien pensants
C’est la conception bien installée et bien lamentable
Des institutions et de chaque volière de la fable
De la pensée arrogante qui se croit le grand entendement

Pour le temps qui me reste, je compte si fort et encore
Faire parler la vérité de nos traversées dans le temps
Renvoyer toutes les impostures qui séparent les gens
Pour la voie des yeux en étincelles, et en sémaphores

Je suis loin du flot des messages qu’on nous envoie
Tant de mots tellement usés, trahis qu’ils s’en affligent
Ils s’en affligent à chaque mauvais coup et quand s’obligent
L’incendie de la raison et l’extinction de la voix

Qu’y aura-t-il si vous me croisez un jour peut être
Je ne sais, mais je reste disponible pour tout moment
De la gloire qu’on se fait de l’un à l’autre simplement
A s’ouvrir la tête tout comme on s’ouvre une fenêtre

Je suis disponible pour réconcilier l’esprit et le cœur
La parole et le geste,  la vie et l’intelligence
Pour faire des endroits rebelles à l’insignifiance
Au méchamment sérieux, et aux jeux des imposteurs

Je suis pour que nous puissions encore nous reconnaître
Et plus si affinités au bon plaisir de nous revoir
Avec des amabilités sans calcul sans rien devoir
Sans rien vouloir d’autre que le sens bien plein du verbe être

Je suis comme vous voulez mais je suis, à en faire part
De bonjour à bonsoir jusqu’au jour du dernier regard



© Gil DEF - 24.01.2016









[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

Chronique d'un vécu sans jugement

Sam 10 Oct - 19:13 par Gil Def






CHRONIQUE D'UN VECU SANS JUGEMENT

COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail 5187065894?profile=original


Peut-être n’a-t-il pas trouvé un sens à l’existence
Cet homme, à l’âge de son dernier bail, jour après jour
Du côté abandon de prétendues reconnaissances
Tant contraint à un tout à distance et aux indifférences  
Cet homme, de mille faits inconnus pour le faire court

Il y a longtemps de ça, il fut large à l’espérance
Comme une grande maison et un jardin tout autour
Par présences pénétrantes de tout fait de romance  
De toute son enfance, il était oracle de la confiance
Des racines et des ailes pour former tous les discours

Peut-être n’avait-il pas compris ce que le temps emporte  
Cet homme, comme ci, comme ça, d’un bonjour ou pas
L’on ne choisit ni ce que l’on est, ni ce que l’on porte
De ses besoins et de ses envies, qui donc s’y rapporte
Cet homme, de combien de contradictions et de pourquoi

Il y a longtemps, cause pour cause, tant opportunes
Il s’enseigna à naître d’une amour d’Elle pour toute foi
Le monde en fut changé, palpitant de primes fortunes    
De ses dix-sept ans, il était élan et sans peur aucune  
Elle, lui serait si loin, Elle lui resterait si là

Peut-être croirez-vous l’apercevoir, digne ou indigne
Cet homme n’a rien à marchander, rien à faire savoir    
Clandestin parce que ni héros, ni déclaré victime
Néanmoins suspect parce que tous les paradigmes
De la planète des fous, et des corruptions de pouvoirs

Pourtant, tant d’années, il fut ainsi de même constance
A tenir parole, chose promise, chose due
A se refuser tout abattement, il était résistance
Aux insultes à la raison, aux usages de violences
Sans rien d’une retenue, même à la déconvenue

Peut-être a-t-il trop perdu, faute aux choses incomprises
Cet homme en ce désir toujours d’encore les passions
L’esprit des éventails, des retrouvailles qui se grisent
Enamourées, ponctuées à leurs marges, l’expertise
Des sentiments à nu, comme jamais il n’en fut question

Est-il utile d’en dire plus ? N’écris qu’à l’énigme
Chacun l’est, à l’effet des horloges et des miroirs
De cet homme, ni par pitié ni pour qu’on le désigne
Au pourquoi, comment, à quand il aurait été sublime
Plus d’une fois vulnérable, il plia tout savoir

Peut-être serait-il l’effeuillée de toutes les coutumes  
Que ce soit en saison ou à déraison des séductions,
Cet homme, en souvenance, il déplace ce qu’il assume
Il dit comme on ne dit pas, ce qu’on peut avoir d’amertume
De la nostalgie, il augmente ses élucubrations

Pour ses dernières années, lui sera-t-il permis d’être
Encore et encore, vivant, quand bien même les chocs
L’équilibre précaire pour ce que l’on peut se permettre
Pour son …


[ Lecture complète ]

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités :: 3 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 88 le Lun 20 Mai - 18:01
Derniers sujets
» Ferré, Léo (1916-1997)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeHier à 20:48 par Gil Def

» Moustaki, Georges (1934-2013)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeHier à 19:47 par Gil Def

» Ferrat, Jean (1930-2010)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeHier à 19:09 par Gil Def

» 20e siècle : Giraudon, Liliane
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeHier à 16:34 par Gil Def

» L'insoumis - Henri Michaux
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeHier à 9:52 par Gil Def

» Je t'attends aux grilles des routes - Luc Bérimont
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeHier à 9:50 par Gil Def

» Brel, Jacques (1929-1978)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeJeu 23 Sep - 18:58 par Gil Def

» Brassens, Georges (1921-1981)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeJeu 23 Sep - 18:17 par Gil Def

» Poésie et philosophie - Conférence Alain Badiou 2017
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeJeu 23 Sep - 16:18 par Gil Def

» 20e siècle : Miron, Gaston (2) - 1928-1996
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeJeu 23 Sep - 15:55 par Gil Def

» 2014 : "En fin de droits" - Yvon Le Men (Editions Bruno Doucey)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMer 22 Sep - 21:40 par Gil Def

» Chili : Neruda, Pablo (2) - 1904-1973
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMer 22 Sep - 16:14 par Gil Def

» 20e siècle : Dupin, Jacques (2) - 1927-2012
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMer 22 Sep - 15:42 par Gil Def

» 20e siècle : Aragon, Louis (1) - 1897-1982
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMer 22 Sep - 15:16 par Gil Def

» 2017 : "Point d'eau" - Irène Gayraud (Editions Le Petit Véhicule)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMar 21 Sep - 19:36 par Gil Def

» 2021 : "Une femme en crue" - Caroline Boidé (Editions Bruno Doucey)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMar 21 Sep - 18:30 par Gil Def

» 20e siècle : Khoury-Ghata, Vénus
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMar 21 Sep - 17:33 par Gil Def

» 2016 : "Les mots étaient des loups" - Vénus Khoury-Ghata (Gallimard)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMar 21 Sep - 17:20 par Gil Def

» 2010 : "Juste une pierre noire" - Jeannine Baude (Editions Bruno Doucey)
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMar 21 Sep - 16:45 par Gil Def

» 19e siècle : Baudelaire, Charles (1) - 1821-1867
COUPS DE COEUR POETIQUES - Portail Icon_minitimeMar 21 Sep - 15:36 par Gil Def