COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Chronique d'un vécu sans jugement

Aller en bas

Chronique d'un vécu sans jugement Empty Chronique d'un vécu sans jugement

Message  Gil Def le Sam 10 Oct - 19:13






CHRONIQUE D'UN VECU SANS JUGEMENT

Chronique d'un vécu sans jugement 5187065894?profile=original


Peut-être n’a-t-il pas trouvé un sens à l’existence
Cet homme, à l’âge de son dernier bail, jour après jour
Du côté abandon de prétendues reconnaissances
Tant contraint à un tout à distance et aux indifférences
Cet homme, de mille faits inconnus pour le faire court

Il y a longtemps de ça, il fut large à l’espérance
Comme une grande maison et un jardin tout autour
Par présences pénétrantes de tout fait de romance
De toute son enfance, il était oracle de la confiance
Des racines et des ailes pour former tous les discours

Peut-être n’avait-il pas compris ce que le temps emporte
Cet homme, comme ci, comme ça, d’un bonjour ou pas
L’on ne choisit ni ce que l’on est, ni ce que l’on porte
De ses besoins et de ses envies, qui donc s’y rapporte
Cet homme, de combien de contradictions et de pourquoi

Il y a longtemps, cause pour cause, tant opportunes
Il s’enseigna à naître d’une amour d’Elle pour toute foi
Le monde en fut changé, palpitant de primes fortunes
De ses dix-sept ans, il était élan et sans peur aucune
Elle, lui serait si loin, Elle lui resterait si là

Peut-être croirez-vous l’apercevoir, digne ou indigne
Cet homme n’a rien à marchander, rien à faire savoir
Clandestin parce que ni héros, ni déclaré victime
Néanmoins suspect parce que tous les paradigmes
De la planète des fous, et des corruptions de pouvoirs

Pourtant, tant d’années, il fut ainsi de même constance
A tenir parole, chose promise, chose due
A se refuser tout abattement, il était résistance
Aux insultes à la raison, aux usages de violences
Sans rien d’une retenue, même à la déconvenue

Peut-être a-t-il trop perdu, faute aux choses incomprises
Cet homme en ce désir toujours d’encore les passions
L’esprit des éventails, des retrouvailles qui se grisent
Enamourées, ponctuées à leurs marges, l’expertise
Des sentiments à nu, comme jamais il n’en fut question

Est-il utile d’en dire plus ? N’écris qu’à l’énigme
Chacun l’est, à l’effet des horloges et des miroirs
De cet homme, ni par pitié ni pour qu’on le désigne
Au pourquoi, comment, à quand il aurait été sublime
Plus d’une fois vulnérable, il plia tout savoir

Peut-être serait-il l’effeuillée de toutes les coutumes
Que ce soit en saison ou à déraison des séductions,
Cet homme, en souvenance, il déplace ce qu’il assume
Il dit comme on ne dit pas, ce qu’on peut avoir d’amertume
De la nostalgie, il augmente ses élucubrations

Pour ses dernières années, lui sera-t-il permis d’être
Encore et encore, vivant, quand bien même les chocs
L’équilibre précaire pour ce que l’on peut se permettre
Pour son dernier bail, qui sera-t-il, mais ici je m’arrête
Mourir, ne pas mourir ainsi nous n’irons jamais loin




© Gil DEF - N° 874 / 14.05.2020












_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2020
Age : 71
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum