COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-47%
Le deal à ne pas rater :
Mini Crêpière Wok Grill – 3 en 1 – LIVOO DOM200 pour 6 Personnes
42 € 79 €
Voir le deal

Le plaisir des oiseaux - Anna de Noailles

Aller en bas

Le plaisir des oiseaux - Anna de Noailles Empty Le plaisir des oiseaux - Anna de Noailles

Message  Gil Def Mer 3 Mar - 18:31




L'HOMME ET LA NATURE

L'HOMME ET L'ANIMAL





Le plaisir des oiseaux
Anna de Noailles


Le plaisir des oiseaux - Anna de Noailles 796279.184039641.1.o2094628351


Ô bonheur des oiseaux, leur plaisir à l'aurore !
C'était le calme frais ; gerbe aiguë et sonore,
Leur cri vient tout brouiller dans le paisible azur !
Ils frappent d'un bec noir quelque invisible mur ;
Une confusion que nul conseil n'arrange
Les faits se disputer au milieu des louanges.
Ils s'expliquent dans l'ombre humide des buissons.
Et puis, soudain, laissant leurs futiles chansons,
Étourdis de reflets, de bouquets, de rosée,
De rosée azurée à leurs plumes posée,
Ils volent, ivres d'air, de conquête, d'amour.
Le soleil les séduit comme une jaune tour.
Vers quel but enflammé, vers quelle errante cible
Vont-ils, ainsi lancés par un arc invisible ?
Tous les arbres avec des parfums précieux
Sont leurs tapis moelleux et touffus sous les cieux.
L'odeur que nous goûtons, quand, couchés sur le sable
Nous bénissons les bois d'un regard ineffable,

Cette odeur qui nous fait languir, les bras tendus
Vers quelque ardent bonheur, sanglotant, éperdu,
Cette divine odeur les poursuit, les enlace,
Ils se pâment, roulés ensemble dans l’espace ;
Comme un frais coquillage st percé d’eau de mer,
Leur corps est saturé d’azur, d’arome et d’air.
Quelquefois le zéphir les rafle, les opprime,
Ils traînent, algue en feu, dans cette onde sublime.
Et puis l’oiseau revient, accoste un cerisier,
Roule sur le fruit chaud son front extasié,
Et l’inconstant divin repart. Pendant des lieues,
Il s’élance entre l’arbre et les coupoles bleues,
Il ne voit du dolent et perfide univers
Que le côté d’azur et que le côté vert.
Confondu dans l’espace il est immense et libre.
Quelquefois, quand un jour d’été fermente et vibre,
Quand l’orage s’annonce, il sent contre son cœur
Percer et s’arrondir un ouragan d’odeur,
Et s’irritant il pique, en passant à la nage
Le sein tendre et fondant du plus jeune feuillage…



- Les Eblouissements -









_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2785
Age : 71
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum