COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Moisson d'épées - François Coppée

Aller en bas

Moisson d'épées - François Coppée Empty Moisson d'épées - François Coppée

Message  Gil Def Mar 6 Avr - 10:34

Moisson d'épées - François Coppée 721364 Moisson d'épées - François Coppée 721364 Moisson d'épées - François Coppée 721364


LEGENDES ET MYTHES

LEGENDES





Moisson d'épées
François Coppée


Moisson d'épées - François Coppée Jeanne-darc


Dans le bourg sur la Loire, on conte que naguère
La Pucelle passa sur sa jument de guerre
Et dit aux habitants : "Armez-vous et venez."
Un échevin, suivi de vieillards consternés,
Lui répondit : "Hélas ! pauvres gens que nous sommes !
Les Anglais ont tué les meilleurs de nos hommes.
Hier ils étaient ici. Le cheval de Talbot
Dans le sang de nos fils a rougi son sabot ;
Seuls nous leur survivons, vieux, orphelins et veuves,
Et notre cimetière est planté de croix neuves. "

Mais la brave Lorraine, aux regards triomphants,
S’écria : "Venez donc, les vieux et les enfants !"

L’homme reprit, les yeux aveuglés par les larmes :
"Hélas ! les ennemis ont pris toutes nos armes,
La dague avec l’estoc, les flèches avec l’arc.
Nous voudrions vous suivre, ô bonne Jeanne d’Arc !
Mais nous n’avons plus même un couteau ".

La Pucelle Joignit alors les mains, tout en restant en selle,
Et quand elle eut prié : "Tu m’as bien dit, je crois,
Que votre cimetière était rempli de croix ?
– Je l’ai dit. – Eh bien donc, allons au cimetière."
Et la vierge, entraînant la foule tout entière
Où déjà plus d’un front rougissait de remords,
Piqua sa jument blanche et vint au champ des morts.
Or, monsieur Saint-Michel exauça la prière
Que murmurait tout bas la naïve guerrière ;
Et, quand elle arriva dans le lieu du repos,
Les croix, que l’on avait, pour ces nombreux tombeaux,
Faites hâtivement de deux branches coupées,
Par miracle et soudain devinrent des épées,
Et le soleil brillait sur leur garde de fer,
Si bien qu’en ce moment chaque tombe avait l’air,
Avec l’ordre du ciel étant d’intelligence,
De présenter une arme et d’implorer vengeance.

Alors Jeanne aux chrétiens à ses pieds prosternés
Répéta simplement : "Armez-vous et venez ! »
Car Dieu fera cesser par moi votre souffrance
Et la grande pitié du royaume de France."



- Les Récits et les Elégies -









_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 3220
Age : 72
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum