COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -25%
Battlefield 2042 (Xbox One) – Précommande ...
Voir le deal
52.80 €

L'hospice - Emile Verhaeren

Aller en bas

L'hospice - Emile Verhaeren Empty L'hospice - Emile Verhaeren

Message  Gil Def Jeu 22 Avr - 14:47

L'hospice - Emile Verhaeren 721364 L'hospice - Emile Verhaeren 721364 L'hospice - Emile Verhaeren 721364


DE LA CONDITION HUMAINE

MISERES ET CALAMITES





L'hospice 
Emile Verhaeren

L'hospice - Emile Verhaeren Hospic10


À ceux qui n’ont ni feu, ni lieu,
Et qui sont lents, et qui sont vieux,
À ceux qui, jour à jour,
— Depuis quels temps — ont fait le tour
De leur misère sédentaire,
Aux pauvres gens des durs métiers :
Portiers, veilleurs, gardiens et cantonniers,
Les petites villes octroient, parfois,
Le bénéfice
De boire et de manger et de dormir, sans joie,
Derrière un mur de vieil hospice.

Le monument, avec son large toit
Et ses anciens pignons, s’assoit
Au bout de la grand’rue.
Le van des siècles dissémina sa nuit,
En poussière noire, autour de lui.
Angles, bosses, plaques, verrues,
Font leur saillie à sa façade ;
Il est d’un bloc — et sa largeur est perforée,
De part en part, de fenêtres carrées
Qui regardent la cour symétrique et maussade.
Et c’est là qu’ils végètent, les vieux,
Autour de grands poëles de fonte.
L’hiver est froid, le vent hargneux,
Oh ! que de fois, les soirs, ils font le compte
De leurs malheurs, de leurs chagrins,
À sourde voix, à lentes mains,
Devant les autres vieux, qui n’écoutent plus guère.
Il en est qui s’en furent en guerre,
Si loin, que les astres de leur bruyère
N’éclairaient plus ces pays de là-bas ;
Ils en sont revenus, minés et las,
Heureux du maigre emploi que leur offrait la ville ;
D’autres survivent seuls à leur famille ;
D’autres songent à leur enfant,
Qui s’embarqua vers les levants,
Sans rien leur en apprendre,
Et c’est leur mal de chaque jour,
De repenser encor à son retour
Et de ne plus y croire, et, néanmoins, toujours,
D’attendre…

Oh ! ces vitres par où l’on voit,
Au long de blancs murs droits,
Traîner les vieux, de fenêtre en fenêtre ;
Et ces couloirs où l’on entend
Sonner le bruit intermittent
De leurs bâtons de hêtre ;
Et ce piteux et pauvre banc,
Où, deux par deux, au jour tombant,
Ils s’arrêtent et longuement se taisent,
Quand leurs pipes, comme des braises,
Brûlent seules, de leurs points d’or,
Le vide obscur et mort
Des corridors.

Les vieux, les pauvres vieux, avec leur dos en bois,
Et leurs regards lointains, et leur défunte voix,
Et leurs craintes durant les insomnies,
Et leur patience à compter le temps,
Et l’égoïste et mécanique entêtement
De leurs manies !

Voici la nuit qui tombe et attise leurs maux ;
Voici leurs lents départs, comme les mots
Monotones des litanies,
Et leur silence, au fond du vieux dortoir,
Où les cierges éclaireront, un soir,
Leurs agonies.



- Les Villes à pignons -









_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 3220
Age : 72
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum