COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-25%
Le deal à ne pas rater :
Battlefield 2042 (Xbox One) – Précommande à -25%
52.80 € 69.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment :
Légendes Pokémon: Arceus Nintendo Switch ...
Voir le deal
49.99 €

Peire Vidal - S' ieu fos en cort on hom tengues dreitura

Aller en bas

Peire Vidal - S' ieu fos en cort on hom tengues dreitura Empty Peire Vidal - S' ieu fos en cort on hom tengues dreitura

Message  Gil Def Mer 11 Aoû - 17:00

 Peire Vidal - S' ieu fos en cort on hom tengues dreitura 377699  Peire Vidal - S' ieu fos en cort on hom tengues dreitura 377699  Peire Vidal - S' ieu fos en cort on hom tengues dreitura 377699  


LES OEUVRES DES TROUBADOURS

Peire Vidal






S' ieu fos en cort on hom tengues dreitura
Peire Vidal
Interprètes : Ensemble Peregrina
Traduction : Joseph Anglade et diverses sources


S' ieu fos en cort on hom tengues dreitura,
de ma dona, si tot s' es bon' e bella,
mi clamera, qu' a tan gran tortz mi mena
que no m' atent plevi ni covinensa.
E doncs per que·m promet so que no·m dona,
No tem pechat ni sap que s' es vergonha?

Si j’étais dans une cour où on obtienne justice,
De ma dame, quoiqu’elle soit bonne et belle,
Je me plaindrais, car elle me traite avec tant d’injustice,
En ne respectant ni promesse, ni convention.
Et puisqu’elle me promet ce qu’elle ne me donne pas;
Elle ne craint pas le péché et ne sait ce qu’est la honte.


E valgra·m mais que·m fos al prim esquiva,
que que·m tengues en aitan greu rancura!
mas ilh o fai si cum selh que sembella,
qu' ab bel semblan m' a mes en mortal pena,
don ja ses liei non puesc aver guirensa!
qu' anc mala fos tan bella ni tan bona.

Il eut mieux valu qu’elle me fut, d’emblée, farouche,
Puisqu’elle me tient dans un chagrin si grand et si sévère
Mais elle a fait comme celui qui tend un piège
Puisqu’avec ses belles apparences, elle m’a mis dans une peine mortelle,
Dont jamais sans elle, je ne crois pouvoir  me guérir
Tant, pour mon malheur, elle n’eut sa pareille en beauté et en bonté.


D' autras afars es cortez' e chauzida,
mas mal o fai, car en mos dans s' abriva,
que peitz me fai, e ges no s' en melhura
que mals de dens, quan dol en la maissella!
qu' al cor me bat e·m fier, que no·s refrena,
s'amors ablieis et ab tota Proensa.

En d’autres affaires, elle est courtoise et distinguée
Mais elle agit mal, car elle s’acharne à me causer de la peine,
En me faisant le pire et cela ne s’améliore en rien,
Pas plus que le mal de dents quand il s’étend à la mâchoire ;
Au point que mon cœur bat et frappe, sans se refréner,
D’amour pour elle, dans toute la Provence.


Que quant no vei mon Rainier de Marcelha,
sitot me viu, mos viures no m' es vida!
e malautes que soven recaliva
gueris mot greu, ans mor, quan sos mals dura.
Doncs sui ieu mortz, s' enaissi·m renovella
aquest dezirs que·m toll soven l' alena.

Et puisque je ne vois mon Rainier de Marseille,
Quoique je vive, ce n’est pas une vie ;
Et comme le malade, qui ne cesse d’avoir de la fièvre
Est plus dur à guérir, et meurt, si son mal persiste.
Ainsi je suis bien mort, si ne cesse de se renouveler,
Ce désir qui me prive souvent de respiration.


A mon semblan molt l' aurai tart conquista
quar nulha dona peitz no s' acosselha
vas son amic, et on plus l' ai servida
de mon poder, ieu la trop plus umbriva.
Doncs quar tan l' am, molt sui plus follatura
que·l fols pastre qu' al bel Pueg caramella.

A ce qu’il me semble, je l’aurais conquise trop tard,
Car nul femme ne prend de si dures résolutions,
Envers son ami (amant), et plus je l’ai servie
De toutes mes forces, plus je la trouve ombrageuse.
Ainsi puisque je l’aime tant, je suis encore plus fou
Que le pâtre qui joue du chalumeau sur une belle colline.


Mas vencutz es cui Amors apodera!
apoderatz fui quan ma don' aic vista,
quar negun' autr' ab lieis no s' aparelha
de gaug entier ab proeza complida.
Per qu' ieu sui sieus e serai tan quan viva,
e si no·m vol, er tortz e desmezura.

Mais il est vaincu celui que l’amour possède
Je fus pris dès que j’ai vu ma dame,
Car nulle autre ne lui ressemble,
De ses mérites entiers à sa bonté parfaite.
Et pour cela je suis à elle et le resterais aussi longtemps que je vivrais
Et si elle ne me porte secours ce sera tort et démesure.


Chanson, vai t' en a la valen reina
en Aragon, quar mais reina vera
non sai el mon, e si n' ai manhta quista,
e no trop, mais ses tort e ses querelha.
Mas ilh es franc' e lials e grazida
per tota gen et a Dieu agradiva.

Chanson, va-t-en jusqu’à la vaillante reine
En Aragon, car reine plus authentique
Je ne connais au monde, et pourtant j’en ai vu plus d’une
Et je n’en trouve d’autre, sans tort et sans tâche
Mais, elle, est franche, et loyale et gracieuse
aimée de tous et de Dieu.


E quar lo reis sobr' autres reis s' enansa
ad aital rei cove aitals reina.

Bel Castiat, vostre pretz senhoreja
sobre totz pretz, qu' ab melhors faitz s' enansa.

Mon Gazanhat sal Deus e Na Vierna,
Car hom tan gen no dona ni guerreja.

Et puisque le roi au dessus des autres rois s’élève,
A un tel roi convient une telle reine.

Beau Castiat, votre mérite surpasse
tous les mérites, car il s’élève par de plus hauts faits (nobles actions).

Dieu sauve mon Gazanhat et dame Vierna,
Car personne ne sait mieux qu’eux donner et guerroyer.



Remarque :
La BNF fait état d'un seul enregistrement sonore de cette chanson.








_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 3223
Age : 72
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum