COUPS DE COEUR POETIQUES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-27%
Le deal à ne pas rater :
Apple AirPods Pro
205 € 279 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -33%
Shampoing et après-shampoing Antipelliculaire ...
Voir le deal
9.36 €

Le deuil - Victor Hugo

Aller en bas

Le deuil - Victor Hugo  Empty Le deuil - Victor Hugo

Message  Gil Def Mer 31 Mar - 18:24




LA MORT ET LE DEUIL

THEME GENERAL  





Le deuil 
Victor Hugo


Le deuil - Victor Hugo  Charles_Hugo_Nadar_avant_1870
Charles Hugo


Charle ! Charle ! ô mon fils ! quoi donc ! tu m’as quitté
Ah ! tout fuit ! rien ne dure !
Tu t’es évanoui dans la grande clarté
Qui pour nous est obscure.

Charles, mon couchant voit périr ton orient.
Comme nous nous aimâmes !
L’homme, hélas ! crée, et rêve, et lie en souriant
Son âme à d’autre âmes ;

Il dit : C’est éternel ! et poursuit son chemin ;
Il se met à descendre,
Vit, souffre, et tout à coup dans le creux de sa main
N’a plus que de la cendre.

Hier j’étais proscrit. Vingt ans, des mers captif,
J’errai, l’âme meurtrie ;
Le sort nous frappe, et seul il connaît le motif.
Dieu m’ôta la patrie.

Aujourd’hui je n’ai plus de tout ce que j’avais
Qu’un fils et qu’une fille ;
Me voilà presque seul dans cette ombre où je vais ;
Dieu m’ôte la famille.

Oh ! demeurez, vous deux qui me restez ! nos nids
Tombent, mais votre mère
Vous bénit dans la mort sombre, et je vous bénis,
Moi, dans la vie amère.

Oui, pour modèle ayant le martyr de Sion,
J’achèverai ma lutte,
Et je continuerai la rude ascension
Qui ressemble à la chute.

Suivre la vérité me suffit ; sans rien voir
Que le grand but sublime,
Je marche, en deuil, mais fier ; derrière le devoir
Je vais droit à l’abîme.



- L'Année terrible -











LA MORT DE CHARLES HUGO

Victor Hugo fut père de cinq enfants : Léopold, Léopoldine, Charles, François-Victor et Adèle. Son second fils, Charles, dont il est question dans ce texte, meurt le 13 mars 181 à l’âge de 44 ans, d’une apoplexie foudroyante.
Dans une correspondance avec Paul Meurice et Auguste Vacquerie, Victor Hugo évoque les circonstances de ce drame :
« Chers amis, je n’y vois pas, j’écris à travers les larmes ; j’entends d’ici les sanglots d’Alice, j’ai le cœur brisé. Charles est mort. Hier matin, nous avions déjeuné gaîment ensemble, avec Louis Blanc et Victor. Je donnais le soir un dîner d’adieu à divers amis, au restaurant Lanta, à huit heures. Charles prend un fiacre pour s’y faire conduire, avec ordre de descendre d’abord à un café qu’il indique. Il était seul dans la voiture. Arrivé au café, le cocher ouvre la portière, et trouve Charles mort. Il avait eu une congestion foudroyante suivie d’hémorragie. On nous a rapporté ce pauvre cadavre que j’ai couvert de baisers. Depuis quelques semaines, Charles était souffrant. Sa bronchite, gagnée à faire son service d’artilleur au siège de Paris, s’était aggravée. Nous comptions aller à Arcachon pour le remettre. Il aurait bu de l’eau de pin. Nous nous faisions une joie de passer là en famille une ou deux semaines. Tout cela est évanoui. Ce grand Charles, si bon, si doux, d’un si haut esprit, d’un si puissant talent, le voilà parti. Hélas ! Je suis accablé. Je vous ai envoyé une dépêche. Quand ce mot vous arrivera, je pense que Victor sera en route pour revenir à Bordeaux. Je veux emporter Charles. Nous le mettrons à Paris avec mon père ou à Villequier avec sa mère. Aimez-moi. V. »







_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Gil Def
Gil Def
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2785
Age : 71
Localisation : Nord de la France
Date d'inscription : 16/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum